Oui, la nature humaine est bonne! - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans le texte : expression exacte :
éditeur:
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : pédagogie, Plume(s) présente aussi :
Démarrer en pédagogie Freinet, pourquoi ? comment ?   Je hais les pédagogues   Jeux d'après la pédagogie Montessori   Maman, papa, j'y arrive pas !   Libre pour apprendre   Coopérer pour apprendre   Enseigner avec les technologies   Frankenstein pédagogue  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique-parentalité

21,00 €  
Oui, la nature humaine est bonne!

Comment la violence éducative ordinaire la pervertit depuis des millénaires

Auteur Olivier Maurel
Editeur : Robert Laffont
rayon : Pratique    -parentalité
support : Livre
type : guide
thème : pédagogie
ean : 9782221109199
parution : janvier 2009
dimensions : 368 pages ; 15,5 × 24 cm
prix : 21,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 10 mars 2009
réserver

Pour convaincre tous ceux qui pensent encore qu’une bonne fessée n’a jamais fait de mal, qu’il faut légiférer contre toutes les violences éducatives ordinaires.

Toutes les études l’attestent : 90 % des enfants dans le monde sont frappés. La France, avec un chiffre de 84 %, n’est pas en reste : fessées, gifles, calottes, tapes... autant de gestes agressifs qu’Olivier Maurel a choisi de rassembler sous le terme de « violence éducative ordinaire ». Pour lui, les choses sont claires : il n’y a pas de « petite fessée » car le seul fait de lever la main sur nos enfants nous fait admettre le principe qu’on a le droit de frapper. Or, on le sait, derrière une première « petite fessée », il y a souvent un risque d’escalade qui peut entraîner une gifle, des secousses violentes, des coups de pieds... jusqu’à la maltraitance.

Contrairement aux partisans de Freud qui, s’appuyant sur la théorie des pulsions, présentent volontiers l’enfant comme dangereux dans sa volonté de toute-puissance, Olivier Maurel défend l’idée de tabler dans ses choix éducatifs sur ce qu’il y a d’excellent chez l’enfant de façon innée à savoir des compétences comme l’attachement, l’empathie et l’imitation. Plutôt que de choisir pour éduquer la voie de la punition corporelle qui peut perturber durablement ces compétences, l’auteur invite à favoriser le développement de l’enfant en établissant une relation de confiance, d’empathie et de bienveillance avec lui, ce qui n’exclut pas de savoir dire non quand c’est nécessaire.


l’auteur :
Olivier Maurel : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette