Histoire de la Commune de 1871 - Librairie Plume(s)
rechercher un article par :   ?  

dans le texte : expression exacte :
recherche avancée
éditeur:
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes

sur le thème : Commune de Paris, Plume(s) présente aussi :
Cette curieuse guerre de 1870   Communardes !   L'héroïque défense de Paris (1870-1871)   La capitulation (1871)   Tableau de Paris sous la Commune   La Commune   La Semaine sanglante de la Commune de Paris   L'oeil sourd de la Commune  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-histoire | Pratique

13,90 €  
Histoire de la Commune de 1871

Auteur Prosper-Olivier Lissagaray
Editeur : la Découverte
rayon : Politique et société
   -histoire
support : Livre
type : histoire
thème : Commune de Paris
ean : 9782707145208
parution : août 2008
dimensions : 532 pages ; 12,5 × 19 cm
imprimé en France
prix : 13,90 €
disponibilité : sur commande ?
arrivé à Plume(s) : 6 août 2008
commander
Ce livre, vendu à plus de 65 000 exemplaires depuis sa réédition dans la « Petite collection Maspero », reste un grand classique : son auteur fut acteur et témoin de la Commune de Paris. Il se mit au travail au lendemain de la défaite et ce travail dura vingt-cinq ans. Il a enquêté avec acharnement auprès de tous les survivants, dans l’exil à Londres, en Suisse, puis consulté tous les documents disponibles à l’époque. Le résultat est cette « somme », qui n’est pas seulement un récit historique événementiel, de l’insurrection à la répression : elle est un tableau de tous les courants de la pensée sociale, de tous les affrontements internes, un bilan des réalisations ou des tentatives, « mesures éparses, tôt dispersées au vent de la lutte et des divergences, mesures significatives pourtant », qui caractérisent, pour Jean Maitron, cette Commune qui fut « un trait d’union plutôt qu’une coupure dans l’histoire du mouvement ouvrier français ». « La dernière barricade des journées de Mai, écrit Lissaragay, est rue Ramponneau. Pendant un quart d’heure, un seul fédéré la défend. Trois fois il casse la hampe du drapeau versaillais. Pour prix de son courage, le dernier soldat de la Commune réussit à s’échapper. » La légende veut que ce dernier combattant anonyme ne fut autre que Lissagaray lui-même : tant il est vrai que chez lui la modestie de l’historien va toujours de pair avec la ténacité et l’intransigeance du militant.

l’auteur :
Prosper-Olivier Lissagaray : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette