Le temps des investis - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

dans le même rayon Politique et société-philosophie, Plume(s) présente aussi :
Carrefours du labyrinthe T4, La Montée de l'insignifiance   Les femmes sont des adultes comme les autres   La terre du remords   L'art en liberté   Eloge du conflit   Le triomphe de la volonté   La Voie du Retour à la Nature   L'époque de la technique  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-philosophie | Pratique

17,00 €  
Le temps des investis

essai sur la nouvelle question sociale

Auteur Michel Feher
Editeur : la Découverte
collection : Sciences Humaines
rayon : Politique et société    -philosophie
support : Livre
type : essai
ean : 9782707197429
parution : octobre 2017
dimensions : 184 pages ; 14 × 22 cm
imprimé en France
prix : 17,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 7 février 2018
réserver

L’emprise de la finance modifie aujourd’hui les attentes et les pratiques de l’ensemble des acteurs sociaux. C’est vrai des entreprises, qui veillent davantage au cours de leurs actions qu’à leur chiffre d’affaires, mais aussi des gouvernements, qui jugent plus urgent d’apaiser les inquiétudes de leurs créanciers que de répondre aux demandes de leurs électeurs. Même les particuliers gagent moins leur sécurité matérielle sur les revenus de leur travail que sur l’appréciation de toutes leurs ressources — leur patrimoine, mais aussi leurs compétences, relations, comportements.

Selon Michel Feher, en déplaçant les enjeux de la question sociale, ces nouvelles priorités obligent la gauche à se réinventer. Car la « titrisation » des rapports humains sur les marchés financiers diffère de la marchandisation du travail sur le marché de l’emploi. Plus que sur l’extraction du profit, elle focalise les luttes sur les conditions d’allocation du crédit. L’exploitation que les employeurs continuent de faire subir à leurs employés renvoie désormais au pouvoir de sélection que les investisseurs exercent sur les « investis ». Les résistances à l’hégémonie des institutions financières devront trouver les moyens de peser sur les évaluations de la gouvernance entrepreneuriale et des politiques publiques en spéculant contre les critères qui président actuellement aux choix des financeurs. Si l’objectif poursuivi consiste à favoriser une autre circulation du capital, les militants qui les mettent en œuvre y puiseront également les éléments d’un imaginaire politique renouvelé.


l’auteur :
Michel Feher : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |