Une histoire du crime passionnel - Librairie Plume(s)
rechercher un article par :   ?  

dans le texte : expression exacte :
recherche avancée
éditeur:
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes

dans le même rayon Politique et société-histoire, Plume(s) présente aussi :
Coffret « La Commune »   Tenir la rue   Persécutions et entraides dans la France occupée   L'Age des extrêmes   Guerre de classes en Espagne   La Grande Guerre   On n'efface pas la vérité   Du rouge au noir  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-histoire | Pratique

23,00 €  
Une histoire du crime passionnel

mythe et archives

Auteur Benoît Garnot
Editeur : Belin
collection : Histoire
rayon : Politique et société    -histoire
support : Livre
type : essai
biblios : Café histoire novembre 2017
ean : 9782701182872
parution : mars 2014
dimensions : 272 pages ; 14 × 21 cm
imprimé en France par un imprimeur labellisé Imprim’vert
prix : 23,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 16 novembre 2017
réserver
On peut mourir par amour, mais on peut aussi tuer. Comment expliquer ce type bien particulier de criminalité ? Le criminel passionnel est hors normes : il peut aussi bien être le fait d’un homme que d’une femme, d’un jeune que d’un vieux, d’un pauvre que d’un riche. Il ne trouve pas son explication dans les catégories et les différences sociales. C’est bien un crime à part. L’ouvrage embrasse la longue durée, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, en insistant sur le fait que de nos jours encore, le crime passionnel n’a pas d’existence juridique. Il formule surtout une thèse inattendue : ce que nous appelons « crime passionnel » n’a peut-être jamais existé. Ces histoires sanglantes trouvent leur source le plus souvent dans la soif de vengeance ou l’honneur bafoué. Pourtant, le crime passionnel montre une hausse spectaculaire dans les dernières décennies. Comment l’expliquer ? L’auteur y voit la manifestation d’un ego blessé, et d’autant plus blessé qu’il est exalté ; il y voit aussi le signe d’un repli asphyxiant de la cellule familiale sur elle-même.

l’auteur :
Benoît Garnot : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette