Vies privées, affaires publiques - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur:
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

dans le même rayon Politique et société-histoire, Plume(s) présente aussi :
Le roman de Louise   Le droit de désobéissance   Jeux de rôles et de pouvoirs   Mein kampf, mon combat   Algérie : des « évènements » à la guerre   Les femmes dans la France moderne ; XVIe-XVIIIe siècle   Le général de Gaulle et la Russie   Passé sous silence en Algérie  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-histoire | Pratique

23,00 €  
Vies privées, affaires publiques

les causes célèbres de la France prérévolutionnaire

Auteur Sarah Maza
Editeur : Fayard
collection : Nouvelles Etudes Historiques
rayon : Politique et société    -histoire
support : Livre
type : essai
biblios : Café histoire St Affrique, Café histoire novembre 2017
ean : 9782213598314
parution : janvier 1997
dimensions : 384 pages ; 13,5 × 21,5 cm
imprimé en France
prix : 23,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 16 novembre 2017
réserver
Entre l’affaire Calas et l’affaire du Collier de la reine, d’innombrables affaires ont marqué la fin de l’Ancien Régime. affaires d’escroquerie, querelles de ménage, abus sexuels, autant de drames privés dont les protagonistes sont alors au centre de procès retentissants. A partir de 1770, toute une génération d’avocats ambitieux vont en effet transformer le tribunal en scène de théâtre et peu à peu contribuer à la naissance de l’opinion publique. Ce sont ces " causes célèbres " que raconte ce livre, en montrant le rôle des avocats et le succès populaire croissant des mémoires qu’ils rédigent pour défendre leurs clients. Prenant le relais des philosophes, ils y soulèvent sur un ton de plus en plus personnel les grandes questions qui agitent la société et dénoncent explicitement la tyrannie de l’administration, la morgue des aristocrates, le pouvoir arbitraire. Procès après procès, les histoires intimes ou " particulières " alimentent une vaste littérature judiciaire dont le sens politique devient évident : un cas d’adultère est assimilé à la rupture du contrat social, la défense d’une servante est prétexte à la mise en accusation du système judiciaire, la révolte d’un village, à la suite des abus du seigneur, devient le symbole de la nation tout entière. Ainsi se répand l’idée d’un " tribunal de la nation " que les avocats veulent ériger en juge suprême de leurs causes. Sarah Maza, spécialiste de l’histoire culturelle des Lumières, est professeur d’histoire à la Northwestern University. Elle est l’auteur de Servants and Masters in Eighteenth-Century France.

l’auteur :
Sarah Maza : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette