Idéologies contemporaines - Librairie Plume(s)
rechercher un article par :   ?  

dans le texte : expression exacte :
recherche avancée
éditeur:
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes

  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

3,00 €  
Idéologies contemporaines

 
Editeur : Lieux communs »»
rayon : Politique et société
support : Brochure
type : essai
parution : juin 2017
dimensions : 66 pages ; 15 × 21 cm
lieu d'impression non précisé
prix : 3,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 12 septembre 2017
réserver

Le fait est connu : croire que penser par soi-même veut dire penser seul est le meilleur moyen de penser comme tout le monde... Pourtant, cha­cun d’entre nous répugne à admettre que ce que nous faisons, ce que nous croyons, ce que nous pensons obéit à une logique tacite, un ordonnancement sous-jacent, des postulats non-dits, bref une idéologie.

Ce n’est pourtant qu’à partir de ces constats, sans cesse à refaire, que la liberté est concevable, et que peut s’imaginer une démarche politique lu­cide. Les slogans, les schémas pré-établis, le prêt-à-penser, et, plus subtile­ment, le politiquement correct, la contestation mainstream ou la pensée-éclatée n’aident en rien à la vitalité démocratique et constituent plutôt un symptôme alarmant de son affaissement contemporain. Alors que les trans­formations de nos sociétés vont s’accélérant, semblant échapper à toute volonté humaine, bousculant les certitudes de chacun et ouvrant des boule­vards à toutes les formes de démagogie, il nous faudrait nous réapproprier notre capacité de penser. De nouveaux clivages semblent naître, recoupant étrangement de plus anciens, tandis que les opinions se polarisent et que de nouvelles sécessions apparaissent : il serait temps que l’interrogation ouverte retrouve sa légitimité.

Cette brochure veut y inviter. Elle rassemble des textes qui, en diverses occasions, ont cherché à élucider les soubassements idéologiques de quelques discours et pratiques en circulation. Exemples épars qui ne se veulent que l’illustration d’une tentative de voir clair en analysant les ressorts invisibles auxquels obéissent des positions politiques. D’où parlons-nous ? D’une vo­lonté d’instaurer une démocratie directe, régime indissolublement lié à la la formation d’un individu attaché à se forger son opinion par la délibération collective.

On aurait tort d’y chercher le sésame qui permettrait, enfin, de penser librement hors des carcans hérités. Il s’y trouve au contraire la démons­tration qu’un tel désir appartient en plein à la malédiction idéologique et en forme sans doute la clef de voûte : vouloir qu’il existe, quelque part, une Véri­té qui échapperait à la discussion. Ce n’est qu’au prix de ce deuil que pourrait se continuer l’aventure de la liberté.

Le fait est connu : croire que penser par soi-même veut dire penser seul est le meilleur moyen de penser comme tout le monde... Pourtant, cha­cun d’entre nous répugne à admettre que ce que nous faisons, ce que nous croyons, ce que nous pensons obéit à une logique tacite, un ordonnancement sous-jacent, des postulats non-dits, bref une idéologie.

Ce n’est pourtant qu’à partir de ces constats, sans cesse à refaire, que la liberté est concevable, et que peut s’imaginer une démarche politique lu­cide. Les slogans, les schémas pré-établis, le prêt-à-penser, et, plus subtile­ment, le politiquement correct, la contestation mainstream ou la pensée-éclatée n’aident en rien à la vitalité démocratique et constituent plutôt un symptôme alarmant de son affaissement contemporain. Alors que les trans­formations de nos sociétés vont s’accélérant, semblant échapper à toute volonté humaine, bousculant les certitudes de chacun et ouvrant des boule­vards à toutes les formes de démagogie, il nous faudrait nous réapproprier notre capacité de penser. De nouveaux clivages semblent naître, recoupant étrangement de plus anciens, tandis que les opinions se polarisent et que de nouvelles sécessions apparaissent : il serait temps que l’interrogation ouverte retrouve sa légitimité.

Sommaire : (certains textes sont en ligne au 25 juin 2017 sur le site de Lieux communs)
- Introduction
- Contre la Constituante (Analyse)
- Décroissance et démocratie directe (Entretien)
- Catastrophes, catastrophismes (Éditorial)
- Notes éparses sur la logique de la consommation (Notes)
- Grèce : l’impasse anthropologique (Exposé)
- « Il y a des affinités anthropologiques très profondes entre un gauchiste et un musulman » (Interview)
- Effondrement et permanence de l’idéologie (Analyse)




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette