L’humanité carnivore - Librairie Plume(s)
rechercher un article par :   ?  

expression exacte :
recherche avancée
éditeur:
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes

sur le thème : animaux, Plume(s) présente aussi :
Lotte, fille pirate   Pourquoi les taupes ne portent-elles pas de lunettes ?   Pourquoi les animaux trichent et se trompent   ZoOrigami - Kit avec 112 feuilles décorées   Toxic croquettes   Au secours une bestiole !   Je veux mon chapeau   A qui cet oeuf ?  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

26,00 €  
L’humanité carnivore

Auteur Florence Burgat
Editeur : Seuil
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thèmes : alimentation | animaux
biblios : Fête du vélo 2017, Court-circuit 2017 St Beauzély
ean : 9782021332902
parution : février 2017
dimensions : 466 pages ; 15,5 × 24 cm
imprimé en France par un imprimeur labellisé Imprim’vert
prix : 26,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 1er juin 2017
réserver

Pourquoi mangeons-nous de la viande ? L’être humain a-t-il toujours été carnivore et est-il voué à le rester ? C’est à ces questions apparemment simples que Florence Burgat entreprend de répondre dans un ouvrage appelé à faire date : il s’agit d’une véritable somme sur la question de "l’humanité carnivore". Florence Burgat montre qu’on ne saurait se contenter de répondre, avec un haussement d’épaules, "parce que c’est bon" : la chair humaine est réputée aussi avoir bon goût, ce qui n’empêche pas l’anthropophagie de faire l’objet d’un interdit très largement répandu (mais lui-même non universel).

Et il existe dans l’histoire et la préhistoire différents modes d’alimentation d’où la viande est absente ou marginale. Il faut interroger les mythes et les rituels, les soubassements anthropologiques de la consommation de viande - y compris un certain goût pour la cruauté, l’idée même de la mise à mort, du démembrement et de la consommation d’êtres vivants, par où l’humain éprouve sa supériorité sur les animaux.

La découverte d’un principe d’équivalence au coeur de la logique sacrificielle (la substitution d’un végétal à une victime animale ou humaine) est ce sur quoi Florence Burgat prend finalement appui pour proposer une voie de sortie originale et montrer comment les viandes végétales et in vitro pourraient se substituer aux viandes animales que l’humanité a pris l’habitude de manger.


l’auteur :
Florence Burgat : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette